01 octobre 2010

Les géraniums en pots

Plein de géraniums
ont fleuries dans une boîte
durant tout l'été

J'ai jamais eut d'aussi beaux géraniums que cet été.  J'en ais toujours dans une jardinière accrochée à la galerie.  À mon ancien logement les écureuils venaient y enterrer leurs casse-croûtes et mettaient ainsi les racines de mes fleurs au soleil ce qu'elles n'appréciaient pas du tout.  Je devais les replanter souvent et même les remplacer durant l'été.  Le trafic bruyant de ma nouvelle rue effraie les écureuils ce qui donne un chance aux fleurs.  J'ai également sortie deux langues de belle-mère qui se portent également très bien sur la galerie avant.  Je vais devoir les rentrer bientôt.  Dans ma cuisine j'ai une table près d'une fenêtre qui me sert de jardin d'hiver.  Il va me falloir trouver de la place pour tout ça.  J'y ai déjà un jasmin sans fleurs, une orchidée au repos, un plant de sauge, un de sarriette, un bambou porte-bonheur, un beau plant de citronnelle et des bébés plantes mexicaines en pouponnière.  Je n'ai pas spécialement le pouce vert mais j'aime m'occuper des plantes.  Elles ne se plaignent jamais même si parfois je les négligent un peu.  Elles sont si reconnaissantes quand je m'en occupe que j'essaie d'en prendre bien soin.  J'ai aussi deux jardinières suspendues dont j'ignore le nom de la plante et deux lierres qui font la gueule depuis qu'ils sont sur le réfrigérateur.  Les vibrations doivent les empécher de dormir, mais j'aime que leurs feuillages cachent le côté du frigo.  Je vais d'abord tenter de leurs donner un peu d'engrais et voir ce que ça donne.  Un déménagement c'est de l'acclimatation pour au moins un an.  Le temps de faire le tour des saisons.  Déjà, le bruit me dérange moins.  Les fenêtres sont fermés à cause du froid qu'il fait dehors et de la pluie qui tombe sans arrêt depuis plusieurs jours.  Je prends le temps d'aller nager, je n'ai plus d'excuses, j'habite à côté d'une piscine toute neuve et gratuite.  J'ai  terminé le premier jet d'un roman avec des haïkus il y a bien dix jours et je suis à la première ré-écriture.  Mon premier jet était écrit presque au son afin de ne pas casser le fil de ce qui me passait par la tête.  J'ai donc beaucoup de travail devant moi pour en faire quelque chose d'intelligent, mais c'est un défi intéressant.  Je vous donne le titre :'' Les Pots de chagrin''.  J'y parle de l'enfance, de ses frustrations et du besoin de grandir en sécurité des touts petits.   Au lieu de me concentrer sur la belle vie que j'avais je me suis penchée sur tout ces petits moments de réflexion que j'avais sur la vie, celle des adultes et celle des enfants, qui me semblaient si différentes.  J'ai dix-sept page de recopiés sur l'ordinateur.  J'ai d'abord remis de l'ordre dans les histoires,  par exemple j'ai remis la fin à sa place, car je l'avais trouvé à mi chemin.  En ré-écrivant j'en profite pour ajouter des détails et faire se qui s'appelle du remplissage.  C'est comme mettre de la salade, des tomates, de la mayonnaise dans le sandwich au jambon.  C'est bien meilleur, mais fallait déjà trouver le jambon.  Sincèrement je ne m'attendais pas à ce que ce soit autant de travail mais j'ai du temps et j'en profite.  J'entrecoupe ses moments d'écriture par un travail un peu différent que je veux faire depuis des années, une bédé.  J'ai un scénario dans la tête depuis au moins dix ans.  Le personnage principal est une jeune fille de la Côte nord du Québec qui s'appelle Marie-Noëlle et que tout le monde appelle Marino et qui a eut dix-huit en en 1967.  Comme mon style littéraire préféré est le haïku, je veux en faire une haïkubédé.  Vous pouvez aller voir mon premier essai et me dire ce que vous en pensez.  Je pense insérer des pages de bédé en dialogue dans des bulles pour faire avancer le récit.  Je trouve que le haïku est trop introspectif pour être dynamique et s'il n'y avait que cela je perdrais des lecteurs.  Chaque nouveau chapitre commencera par un haïkubédé afin de faire ressentir l'état d'esprit dans lequel se trouve l'héroïne en la présentant dans son environnement qui va changer souvent dans l'histoire.  Un prétexte également pour faire du paysage.  Je suis au chômage mais ne chôme pas vraiment.  Bon, là, je retourne à ma bédé.  C'est encore un bébé et il faut  que je m'en occupe beaucoup.

2 commentaires:

helena a dit...

Voilà une fleur bien portugaise!!! Je n'en ai pas mais on la trouve bien partout. J'ai acheté hier de la lavande et des cactus. La pluie est finalement arrivée aujourd'hui, donc il faut planter! Bonne semaine.

linerouge a dit...

Au Québec en octobre on plante les bulbes pour le printemps prochain et on rentre les annuelles comme les géraniums.