12 janvier 2011

Sketchbook project


Finir un cahier
en avoir une autre en route
puis un autre encore

Je viens de terminer mon sketchbook project.  Cette image est la dernière du cahier.  Je l'ai remplie de dessins à l'encre de chine aquarellé inspirés par le nouveau quartier que j'habite: le Faubourg à m'lasse.  On y trouve des rues, des viaducs, des usines mais aussi des fleurs et des gens qui habitent ce coin de  Montréal.  Je n'ai pas eut le temps et la chance de dessiner des chiens et j'avoue que je le regrette car il y en a beaucoup.  Tous les jours dans la ruelle les promenades avec pitou se succèdent.  Ça va du gros nounours inidentifiable au petit chiwawa en passant par le uski et le pittbull.  Je ne suis pas très à l'aise devant un chien.  Je préfère nettement les chats que je ne sens jamais menaçants.  Pourtant je suis émue chaque fois que j'entends pleurer le chien de ma voisine du dessous lorsqu'elle est absente.  Pauvre bête.  Je m'habitue peu à peu à cette prolifération canine ainsi qu'à mon nouvel environnement.  Je continue de le trouver bruyant, normal, je vie en ville sur une rue commerciale.  C'est plus calme durant l'hiver, ça me donne un peu de répis.  J'en profite pour refaire mon portfolio et je finie en ce moment plusieurs cahiers de croquis que j'ai entamés au fil des ans.  Si je continue comme ça, je vais pouvoir aller m'acheter de nouveaux cahiers avec la carte d'achat cadeau que j'ai reçue d'une amie.  Je viens de poster mon sketchbook, il fera le tour des U.S.A. durant l'année qui commence et sera ensuite conservé à Brooklyn.  J'aurais donc une oeuvre dans un musée, j'en ai tellement à la maison et des bien plus beaux.  Celui-ci était petit et le papier était si fin que j'ai du retranscrire tout mes haïkus sur des papiers blancs que j'ai collés en vis à vis de mes images car les dessins se voyaient sur le verso et il était impossible de lire ce que j'avais écrit à la mine de plomb.  J'en ais profité pour traduire en anglais et en espagnol tous mes haïkus.  Ce n'est sûrement pas parfait, loin de là, mais ce fut un exercice formateur.  J'ai sortie un feutre à calligraphie et me suis appliquée moyennement, c'est un sketchbook après tout, pas une oeuvre d'art.  J'ai recouvert le cahier d'un tissus d'ameublement que j'ai récupéré de mon ancien lieu de travail, un motif que j'ai fait l'année dernière.  J'ai cousue dessus un marque page fait d'un ruban de satin beige récupéré d'un cadeau de Noël.  L'ensemble me plaît assez et j'espère que si vous allez faire un tour aux États-Unies vous irez voir cette expositions.

2 commentaires:

linda a dit...

j'aime beaucoup te lire.. j'y trouve une leçon de vie à chaque fois.. merci

linerouge a dit...

10 ans de pratique de la méditation Zen, ça laisse sans doute des traces. Mais j'essaie surtout de rendre concret les enseignements que j'ai reçus, de les vivre au quotidien. Comme dans la chanson des Séguin.