08 septembre 2009

Demoiselle



Parmi les enfants

qui visitent l'insectarium

une grande fille dessine
La libellule est le symbol du haïjin, la personne qui écrit des haïkus. Elle est la preuve vivante qu'un cours d'eau est propre car les oeufs et les larves vivent dans l'eau et sont très fragiles à la pollution. La qualité de l'eau dans ses sîtes naturelles s'améliore au Québec depuis une quinzaine d'année. Le travail des écologistes se voient. Tadoussac par exemple, voit revenir des oursins dans sa baie. Il faut sortir de la ville pour s'en rendre compte. Les changements se font lentements, comme dans la conscience des gens, mais elle avance dans la bonne direction parfois. Certains résistent et c'est l'arrivée des algues bleus. Le temps plus frais de cet été n'en a pas fait éclorent. Les riverains touchés par le passé ont pu respirer et se baigner entre les averses. Hier au Parc Jarry j'ai vu un monarque et me suis demandé s'il était l'un de ceux marqués par le Jardin Botanique. Je n'ai pas eut le temps de l'observer longtemps. Il avait l'air pressé. Hier c'était l'anniversaire de mon ex mari. Il a eut 60 ans. Je lui ai passé un coup de fil pour lui souhaiter bonne fête et nous avons eut une charmante conversation. Il m'a dit qu'il aimait bien mon blog et cela m'a fait plaisir. Nous avons été d'excellent compagnons l'un pour l'autre durant 17 ans. Les trois dernières années pour moi ont été un calvaire. J'ai mis du temps à savoir pourquoi et quand j'ai réalisé la raison pour laquelle l'amour que j'avais pour lui s'était volatilisé je ne lui en ai pas voulu. Cela provient de son éducation, de sa famille. C'est le mépris qui a eut raison de notre amour. Il a été élevé dans le mépris, le mépris des faibles en général et des femmes en particulier. Bizarrement sa mère surtout contaminait tous le monde. C'est surement une longue histoire familial et je ne connais pas les détails, mais le temps que j'ai pu passé dans sa famille m'a été révélateur. J'avais réalisé dès le début de notre relation que certaines paroles méprisantes me blessaient beaucoup. J'ai mis ça sur le compte de ma jeunesse et de ma sensibilité, je n'avais qu'a m'endurcir un peu. J'ai tout pris sur moi, et j'ai cherché à m'améliorer afin de ne plus affronter ses jugements sévères. Je n'aurais jamais pensé que le mépris puisse être plus fort que l'amour. C'est comme la goutte d'eau qui détruit la roche la plus dure. L'être humain est plus fragile et mon coeur n'est pas une pierre, il aura fallu 17 ans et non des milliers d'années pour creuser la faille qui a causer la fin. Ce n'était pas de vrais méchantes paroles mais mon estime de moi était devenue si faible que je ne réagissait plus et que même mes enfants commencaient à me mépriser. Ils aprennent par l'exemple et faisaient leurs premières armes sur moi. J'ai bien failli me laisser mourir, je m'étais fabriqué un beau cancer de la gorge mais je me suis reprise en main juste à temps. Je reprends doucement confiance en moi et je m'entoure le plus possible de gens aimants et sensibles. J'ai regroupé mes amis pour un dernier pique nique lundi dernier pour la fête du travail et j'étais heureuse de les voir même s'il en manquait plusieurs. Nous sommes un peu comme les libellules qui sont très sensibles à leur environnement.
Reprendre son souffle
sur les rochers du ruisseau
comme les libellules

4 commentaires:

Panthère rousse a dit...

Billet touchant! Et elle est superbe, ta libellule.

linerouge a dit...

Merci panthere.
Comme mon ex lit mes billets, et que quelquefois j'ai du mal à lui parler, je me suis payé la traite.

linda a dit...

oui.. très touchant..

linerouge a dit...

Merci Linda, le recul aide à voir clair.